7 stratégies pour recruter des membres de la Génération Y

Le 12 août 2014

Je vous ai parlé récemment d’une nouvelle étude américaine sur les aspirations de la Génération Y, soit ces jeunes personnees nées entre 1981 et 2001. C’est un groupe que vous ne pouvez négliger puisqu’il constitue déjè une clientèle que vous devriez courtiser (les 18 à 35 ans en particulier) ou dont les membres seront vos futurs clients.

Agente de financement en chef auprès du réseau Network for Good, Jamie McDonald propose 7 stratégies pour faciliter leur recrutement :

  1. Invitez-les à se joindre à votre équipe. Embauchez-les. Élisez-les ou nommez-les à votre conseil d’administration. Confiez-leur l’organisation de certaines de vos activités. Ils ont accès à des réseaux différents des vôtres.
  2. Recrutez-les à l’aide de photos et de capsules vidéo. Mettez l’accent sur les gens dans votre entourage, parlez de l’impact de votre travail au lieu de leur communiquer des faits et des chiffres.
  3. Ayez recours aux médias sociaux pour les rejoindre et aux émotions pour les sensibiliser à votre travail. L’empathie, l’humour et le partage de vos bons coups sont des approches susceptibles de capter leur attention.
  4. Faites appel à leur passion, à leur volonté de rencontrer d’autres personnes et de vivre ou d’acquérir de nouvelles expériences.
  5. Ne négligez pas l’allure ni le contenu de votre site Web. Les membres de la Génération Y s’y renseigneront à votre sujet. Assurez-vous que votre site s’adapte aux appareils électroniques mobiles (téléphones, tablettes).
  6. Courtisez-les en leur offrant des forfaits mensuels, en sollicitant des dons une fois par mois, etc.
  7. N’attendez pas qu’ils cognent à votre porte. Prenez les devants et allez à leur rencontre. Dites-leur comment ils peuvent vous aider.

Les lecteurs de longue date de ce blogue reconnaîtront certaines de ces approches puisque d’autres experts les ont évoquées précédemment. Mais un petit rappel ne fait pas de tort pour rejoindre cette clientèle que tout le monde recherche.

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

Denis J. Bertrand

[Ask] [BlogBookmark] [Bloglines] [del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Faves] [Google] [LinkedIn] [MySpace] [StumbleUpon] [Technorati] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
 

Conseils pour rejoindre les gens intimidés par votre lieu de diffusion ou vos activités

Le 11 août 2014

Vos activités ou votre lieu de diffusion intimident-ils les gens qui ne font pas partie de votre groupe d’initiés ? Vos produits ou votre programmation sont-ils destinés exclusivement à la classe moyenne ?

Le réalisateur et critique de cinéma irlandais Mark Cousins (photo) croit que ces facteurs, parmi d’autres, nuisent au rayonnement des arts. Il invite donc les organismes artistiques à jumeler des activités accessibles à leurs événements « réguliers » pour faciliter l’intégration de nouveaux venus. Par exemple :

  • Offrir des breuvages aux gens qui attendent en ligne.
  • Organiser des danses avant ou après une activité (selon sa nature, bien entendu).
  • Ajoindre des activités pour enfants aux événements « sérieux ».

Pour lui, il est important que les arts soient accessibles non seulement aux personnes qui se rendent à un événment en taxi, mais aussi au chauffeur de taxi lui-même. Pour en savoir plus, cliquez ici.

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

Denis J. Bertrand

[Ask] [BlogBookmark] [Bloglines] [del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Faves] [Google] [LinkedIn] [MySpace] [StumbleUpon] [Technorati] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
 

L’avenir du marketing pour le secteur sans but lucratif

Le 8 août 2014

Thomas Cott (photo) est le directeur principal du marketing et des contenus créatifs de l’Alvin Ailey American Dance Theater. Il était le conférencier invité lors de l’ouverture de la conférence 2014 de l’Arts Marketing Association dont j’ai parlé récemment sur ce blogue.

Sa conférence avait pour thème L’avenir du marketing pour le secteur sans but lucratif. En voici les faits saillants :

  • Songez à l’avenir, à l’évolution de votre discipline, de vos publics, des milieux dans lesquels vous œuvrez et des communications. Explorez en conséquence de nouvelles idées, de nouvelles façons de fonctionner. Qui seront vos publics de demain ? Comment allez-vous les rejoindre et communiquer avec eux ?
  • L’avenir du marketing passe par le numérique et le mobile. Il faut se rappeler que la technologie est un outil et que son usage ne constitue pas une fin en soi (il y a encore de la place pour les contacts directs entre les êtres humains). Il y a des changements technologiques importants à presque tous les dix ans. Chaque changement amène avec lui une augmentation significative d’utilisateurs. Ainsi, la prochaine évolution technologique portera sur les appareils mobiles portables, posés ou implantés sur les gens (ex., ordinateur- bracelet, lunettes, etc.).
  • Concevez votre site Web pour qu’il s’ajuste à différentes plateformes : ordinateurs, tablettes électroniques, téléphones cellulaires. Côté design, optez pour la simplicité pour favoriser des téléchargements rapides. Les nouveaux sites Web contiendront plus d’informations pratiques pour les consommateurs que de textes promotionnels.
  • Les courriels demeurent des outils de marketing efficaces (comme en témoigne cet autre expert). Les courriels sont appelés à devenir moins formels. La tendance est au contenu amical, émouvant et personnalisé. Les bulletins d’information électroniques sont aussi très efficaces.
  • La génération Y est votre public de demain. C’est le groupe de consommateure qu’il vous faut cultiver. Pour se renseigner, ses membres consultent d’abord les sites Web, les médias sociaux et les bulletins électroniques. Ils sont les premiers à adopter les nouveautés technologiques. C’est aussi une génération plus diversifiée que les précédentes. Elle compte un plus grand nombre de jeunes personnes issues d’une variété de communautés culturelles. Il est important de tenir compte de cette diversité dans vos communications.
  • Vous achèterez de moins en moins de publicités dans les médias traditionnels. Vous ferez davantage appel à la promotion bouche-à-oreille, à vos supporteurs les plus fidèles, à vos partenaires et à d’autres ressources pour rejoindre vos clientèles. Attendez-vous à une fusion encore plus prononcée entre le marketing et les technologies de l’information, de même qu’entre les responsables de votre département de marketing et tous vos autres employés. Cette synergie, si elle n’est déjà présente, vous permettra d’atteindre vos objectifs.
  • Votre responsable du marketing est non seulement votre voix, c’est aussi vos oreilles. Cette personne doit être à l’affût de ce qui se raconte à votre propos. Cette écoute lui permettra de vous faire part des attentes de vos clientèles. Vous avez défini vos priorités, mais répondent-elles aux besoins du marché que vous desservez ? Engagez votre responsable du marketing dans le développement de vos diverses stratégies.
  • Ne comptez plus sur un retour à une situation« normale ». Même si un jour l’économie devait retrouver sa vigueur d’antan, il est peu probable que les priorités d’alors seront celles de demain. Les temps étant incertains, les planifications quinquennales seront de moins en moins utiles. Votre capacité de vous adapter rapidement aux changements sera plus pratique.

Pour accéder à la version intégrale de la présentation de M. Cott, cliquez sur les liens suivants :

Les propos de M. Cott vous inspirent-ils ?

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

Denis J. Bertrand

[Ask] [BlogBookmark] [Bloglines] [del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Faves] [Google] [LinkedIn] [MySpace] [StumbleUpon] [Technorati] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
 

Pour ou contre les performances artistiques interactives ?

Le 31 juillet 2014

Quelques compagnies de théâtre en Angleterre et aux États-Unis présentent des spectacles qui nécessitent la participation active de membres du public. Ces derniers sont invités, entre autres, à lire quelques lignes de dialogue avec les artistes sur scène ou à réagir à des sollicitations directes des comédiens pendant une performance, faisant fi ainsi du mur invisible qui les séparent normalement. Ce phénomène n’est pas limité au théâtre. Il est aussi très présent en danse (photo) et dans le milieu de la performance artistique.

Même si l’approche est bien intentionnée, inutile de vous dire qu’elle dérange bien des spectateurs habitués à leur rôle traditionnel d’observateurs ou qui ne veulent pas être sollicités de la sorte parce que cela les rend inconfortables.

Si vous voulez aller de l’avant avec de telles interactions, voici quelques conseils qui vous seront utiles :

  • Concevez votre événement ou votre spectacle en y intégrant dès le départ la participation du public. Anticipez tous les scénarios possibles, de la participation la plus enthousiaste au refus de participation catégorique.
  • Préparez vos artistes en conséquence.
  • Avisez le public au prélable de la nature participative de votre événement ou de votre spectacle. Ainsi, les gens qui se présenteront sauront à quoi s’attendre.
  • Créez d’abord une atmosphère propice à une complicité entre les artistes et le public. Par exemple, les artistes peuvent accueillir les spectateurs à leur arrivée et interagir avec eux avant la levée du rideau. C’est une bonne occasion d’identifier ou de répérer des participants intéressés. Expliquez quelle sera la nature de la participation du public, sans pour autant dévoiler toutes vos surprises. Un public enthousiaste se pliera au jeu.
  • L’expérience que vous proposez doit être valorisante pour les participants et l’assistance. Dans ce cas-ci, le ridicule tue !
  • Permettez au public de prendre des photos lorsqu’un des leurs est sur scène.
  • Remerciez les gens de leur participation.

Pour en savoir plus à ce sujet, cliquez ici.

Avez-vous déjà vécu une expérience artistique participative ?

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

Denis J. Bertrand

[Ask] [BlogBookmark] [Bloglines] [del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Faves] [Google] [LinkedIn] [MySpace] [StumbleUpon] [Technorati] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
 

10 règles de marketing pour le théâtre

Le 29 juillet 2014

Je suis tombé par hasard sur les 10 règles « pratiques » pour le marketing du théâtre d’Alan Harrison, blogueur sur le marketing des arts et gestionnaire d’expérience auprès d’une demi-douzaine de compagnies de théâtre aux États-Unis. Selon moi, ces règles s’adresssent d’abord aux producteurs, mais les diffuseurs peuvent y trouver leur compte. Certaines d’entre elles me semblent un peu obscures, mais les suivantes sont toujours pertinentes :

  • Ne présumez jamais que vos interlocuteurs savent ce dont vous parlez.
  • Personne ne se préoccupe de savoir si vous faites du THÉÂÂÂTRE ou du théâtre. Pas besoin d’être aussi méticuleux.
  • Désolé, le client a toujours raison même quand il a tort.
  • Ne laissez pas une bonne idée mourir à cause des détails.
  • Échouez souvent avec panache. Si vous échouez une seule fois, c’est que vous ne vous forcez pas. Si vous n’échouez jamais, vous faites du surplace.
  • La simplicité : vous ne pouvez pas faire plus d’une chose à la fois ; exigez seulement une chose à la fois de vos clients.
  • Promotion + recherche + instinct = marketing.
  • Faites la distinction entre la vanité et le marketing.
  • Tous les départements d’un théâtre doivent collaborer aux initiatives de mise en marché.
  • Les règlements sont faits pour les jeux de société. Innovez.

Il est question ici de théâtre, mais les règles de M. Harrison s’appliquent à toutes les disciplines. Qu’en dites-vous ?

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

Denis J. Bertrand

[Ask] [BlogBookmark] [Bloglines] [del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Faves] [Google] [LinkedIn] [MySpace] [StumbleUpon] [Technorati] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
 

Acceptez le changement puisqu’il est inévitable et constant

Le 28 juillet 2014

Clare Reddington (photo) est la directrice de la création chez Watershed, une entreprise britannique active dans le monde du cinéma et de la création numérique. Elle était une des conférencières invitées à la rencontre annuelle de l’Arts Marketing Association dont je vous ai parlé la semaine dernière.

Sa conférence, intitulée Acceptez le changement, a laissé une forte impression sur les participants à cet événement. J’en souligne les faits saillants :

  • Pour établir de nouveaux rapports avec vos publics, vous devez vous adapter constamment.
  • Acceptez le changement puisqu’il est constant : joindre une variété de clientèles, leur proposer une variété de projets, les inviter à se joindre à vous malgré vos différences apparentes ; voilà autant d’approches qui lancent des conversations et contribuent à des lendemains plus fructueux. Ce partage d’énergie et de passion mène au changement.
  • Acceptez le risque : si vous ne vous trompez pas occasionnellement, cela signifie que vous ne prenez pas de risques. Soyez flexibles et opportunistes.
  • Dur, dur, le changement : pour s’adapter au changement, il faut être résilient et bien organisé. Faites appel à la fois à des gens qui se démarquent de vous et à d’autres qui pensent comme vous afin qu’ils vous appuient tout au long de votre parcours qui sera inévitablement fertile en rebondissements.
  • Mettez l’accent sur votre vision, sur les émotions : expliquez pourquoi un projet est important au lieu de vous attarder au comment ou au combien. Vous aurez davantage de chance d’y intéresser vos publics et des collaborateurs.
  • Allez de l’avant avec le changement : créez des zones d’innovation ou des occasions de rencontre avec vos publics. Si joindre de plus jeunes consommateurs vous préoccupent, invitez-les à participer à la conversation. Tirez-en des enseignements. Démontrez que vous agissez en conséquence. Demeurez pertinents aux yeux de vos interlocuteurs.

Les propos de Mme Reddington s’insèrent parfaitement parmi les 7 perles de sagesse qui émanaient de la conférence. Vos publics changent et évoluent. Mettez-vous au diapason pour les conserver et joindre de nouvelles clientèles.

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

Denis J. Bertrand

[Ask] [BlogBookmark] [Bloglines] [del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Faves] [Google] [LinkedIn] [MySpace] [StumbleUpon] [Technorati] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
 

7 perles de sagesse en provenance de la conférence 2014 de l’Arts Marketing Association

Le 24 juillet 2014

La conférence annuelle de l’Arts Marketing Association (Grande-Bretagne) a pris fin aujourd’hui. Voici quelques perles de sagesse diffusées sur les médias sociaux (#amaconf) par des représentants d’organismes artistiques et spécialistes de la mise en marché qui assistaient à cet événement :

  • Assurez-vous que votre site Web, votre billetterie, votre comptoir d’achat en ligne, etc., sont accessibles et adaptés aux téléphones portables et aux tablettes électroniques. C’est par l’entremise de ces outils que les gens se renseignent de plus en plus à votre sujet.
  • Vous n’êtes plus les seuls à avoir un auditoire. Grâce aux médias sociaux, vos spectateurs et vos clients en ont un eux aussi. Faites-en vos amabassadeurs.
  • Si vous utilisez les mêmes approches de mise en marché depuis cinq ans, vous n’êtes plus dans le coup.
  • Les perceptions de vos clients à votre égard ne se limitent pas à vos produits ou à vos activités. Ils s’intéressent aussi à l’ensemble de votre organisation. Assurez-vous d’engager vos employés et vos bénévoles (y compris les membres de votre conseil d’administration) dans vos relations avec vos publics.
  • Vous êtes entourés « d’experts » parmi vos employés, vos bénévoles, vos clients, etc. Prenez le temps de les consulter afin de découvrir ce qu’ils peuvent vous apporter.
  • Plus les gens sont familiers avec une discipline artistique, plus ils sont susceptibles de l’apprécier et de s’engager envers elle.
  • Votre clientèle change, évolue. Êtes-vous capables de vous adapter à ces changements ?

Je reviendrai sur d’autres aspects de cette conférence prochainement.

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

Denis J. Bertrand

[Ask] [BlogBookmark] [Bloglines] [del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Faves] [Google] [LinkedIn] [MySpace] [StumbleUpon] [Technorati] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
 

Profitez de l’été pour réfléchir à vos stratégies de développement de publics pour la rentrée

Le 23 juillet 2014

Nous voilà en plein cœur de l’été et plusieurs parmi vous êtes en vacances. Tant mieux, vous les méritez bien ! Mais peut-être êtes-vous préoccupés par la rentrée automnale qui pointe à l’horizon. Atteindrez-vous vos objectifs de ventes d’abonnements ? Avez-vous songé à des nouvelles approches pour joindre vos publics visés, pour les diversifier ou pour augmenter vos revenus ?

Voici quelques sujets que vous pourrez aborder en ce sens avec vos collègues à votre retour au bureau :

  • Si ce n’est déjà fait, procédez à une évaluation de votre rendement en matière de ventes, de service et relations avec vos clientèles et de rayonnement de vos activités. Vos revenus ont-ils augmenté ou diminué ? S’agit-il d’un fait nouveau ou de résultats révélateurs d’une tendance ? Quels commentaires ou suggestions vos clients vous ont-ils adressés ? Y a-t-il lieu de changer certaines de vos pratiques courantes pour en tenir compte ? Parle-t-on de vos activités au-delà de votre cercle d’initiés ? Avez-vous accuelli de nouveaux venus ?
  • Avez-vous utilisé vos médias sociaux correctement ? Vous ont-ils permis d’échanger et d’engager des conversations avec vos amis et vos abonnés ou vous êtes-vous contentés d’y afficher vos activités sans y songer davantage ?
  • Comptez-vous encore largement sur les médias traditionnels (journaux, radio, télé) pour promouvoir vos activités ? À quel moment remonte votre dernière véritable conversation avec vos clientèles ?
  • La concurrence dans votre secteur d’activité s’est-elle accrue ? Est-elle plus diversifiée ? Comment se distingue-t-elle de vous et vice-versa ?
  • Aucun environnement ni voisinnage ni communauté demeure au beau fixe pour une longue période de temps. Avez-vous pris le temps de vous renseigner sur les changements socioéconomiques, démographiques ou autres survenus sur votre territoire récemment ou au cours des dernières années qui pourraient affecter votre clientèle et vos stratégies de mise en marché ? Vous ne savez pas comment procéder ? Consultez des directions d’écoles, votre greffier municipal ou vos clients. Ils sauront vous parler de choses qui auraient pu vous échapper.
  • Renouvelez-vous (au moins occasionnellement) vos stratégies de mise en marché et de développement de publics ou comptez-vous encore sur les mêmes approches plus ou moins performantes ? Le temps n’est-il pas venu d’explorer de nouvelles avenues ?

Voilà matière à lancer quelques discussions.

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

Denis J. Bertrand

[Ask] [BlogBookmark] [Bloglines] [del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Faves] [Google] [LinkedIn] [MySpace] [StumbleUpon] [Technorati] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
 

La Génération Y privilégie l’authenticité avant de s’engager

Le 21 juillet 2014

J’ai déjà écrit quelques billets sur les approches à adopter pour joindre les membres de la Génération Y, soit ces jeunes personnes nées entre 1981 et 2001 (inscrivez « Génération Y » dans l’engin de recherche intégré à ce blogue et vous les trouverez facilement). Voici qu’une nouvelle recherche, exécutée pour les besoins d’une conférence tenue aux États-Unis en juin dernier qui portait justement sur les aspirations de cette cohorte de consommateurs, vient confirmer des constats faits ailleurs.

  • Les membres de la Génération Y sont prêts à soutenir des causes qui touchent directement des individus plutôt que des institutions.
  • Ils sont influencés par les décisions et les comportements de leurs pairs, y compris lorsqu’il est question d’assister à un événement.
  • Pour eux, l’argent, le temps ou les autres ressources qu’ils peuvent investir dans une cause s’équivalent.
  • Ils se rallient à des causes capables de raconter des histoires intéressantes à propos de leurs succès et des personnes qui y ont contribué.
  • Ils recherchent l’authenticité en matière de communication. Ne leur servez pas le verbiage que vous utilisez dans vos communiqués de presse. Racontez-leur plutôt des récits à dimension humaine.
  • Ils croient que la technologie peut changer une communauté.
  • Ils ne font pas de distinction entre le travail, les loisirs et les engagements familiaux. Ces éléments forment un tout qui les définissent.

Quels enseignements les organismes artistiques et sportifs peuvent-ils tirer de ces constats ?

  • La Génération Y est prête à s’engager à condition que vous lui parliez honnêtement de l’impact de votre travail sur des individus, sur votre communauté.
  • Ayez recours à des membres de ce groupe pour en joindre d’autres.
  • Ne parlez pas autant de votre organisme, de son histoire et de son fonctionnement que des gens qui y travaillent ou des personnes dont les vies ont été marquées par vos réalisations.
  • Ce sont des créatures sociales. Offrez-leur des expériences sociales liées à vos activités.

Avez-vous d’autres suggestions à partager pour joindre cette clientèle?

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

Denis J. Bertrand

[Ask] [BlogBookmark] [Bloglines] [del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Faves] [Google] [LinkedIn] [MySpace] [StumbleUpon] [Technorati] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]
 

Mélange des genres

Le 16 juillet 2014

À l’instar d’autres théâtres, le Victory Gardens Theater de Chicago convie ses spectateurs à une discussion après presque toutes les représentations d’une production. Il agit de la sorte afin de réduire l’écart qui peut exister entre ses œuvres et ses publics.

Par contre, la compagnie innove en invitant des artistes d’autres disciplines à s’exprimer sur les thématiques du spectacle avant la levée du rideau. Par exemple, pour sa production de La jeune fille et la mort (Death and the Maiden, d’Ariel Dorfman, photo ci-haut), elle a fait appel à des poètes qui ont traité de la violence faite aux femmes. Pour en savoir plus à ce propos, cliquez ici et ici.

En associant ainsi d’autres artistes à ses productions, la compagnie atteint trois objectifs :

  • Elle bonifie l’expérience artistique qu’elle offre à ses spectateurs.
  • Elle introduit son public à des artistes qu’il est peu susceptible de connaître.
  • Elle peut compter sur la présence des adeptes de ces artistes invités à ses représentations.

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

Denis J. Bertrand

[Ask] [BlogBookmark] [Bloglines] [del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Faves] [Google] [LinkedIn] [MySpace] [StumbleUpon] [Technorati] [Twitter] [Windows Live] [Yahoo!] [Email]